Colloque 2007

Nouveau site : http://www.educationetdevenir.fr/

COLLOQUE 2007

Grenoble 23, 24, 25 mars

L'école et son environnement

Famille, quartiers, groupes sociaux ; école sanctuaire ou non ? école sercice public local ou institution ?

 

 

 

 

L’ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE FACE Á SON ENVIRONNEMENT

 

 

L'Ecole   change : suite   de   la   massification, déconcentration   des   pouvoirs, décentralisation, dimension européenne, liens à l'économique, nouvelle demande Sociale..

Tout ceci lui impose d'évaluer son action, de repenser son interaction au monde. Dans ces nouveaux contextes, l'école est parfois qualifiée de guichet unique du Service Public ! De fait, l'école n'est-elle pas un des derniers lieux où les jeunes peuvent se construire une cohérence et prendre conscience de la dimension collective ? Et pourtant permettre l'émergence d'une réelle complémentarité avec les autres institutions, avec le monde associatif et le monde économique ne serait-il source d'une vigueur nouvelle ?

Le chantier est immense : le colloque de Grenoble sera pour nous l'occasion de dresser un bilan, de dégager une méthode et de fixer des priorités pour demain.

 

Depuis les années 70, sans doute trop lentement mais de façon continue, l'école et les établissements scolaires ont changé sous l’effet croisé d’une série de facteurs : d'abord la politique de démocratisation, la nouvelle organisation des pouvoirs due à la décentralisation, les logiques économiques qui imposent d’évaluer le rapport entre l’efficacité et le coût des actions entreprises, l’émergence d’une demande de participation sociale, en particulier de la part des parents et la nouvelle distribution des rapports entre le capital et le travail. Elles changent aussi en lien avec l’accélération et la variété des productions des connaissances, en réaction aux transformations des modes de validation dans un espace où la formation est aussi un marché. Les représentations idéologiques et le rapport aux valeurs évoluent aussi.

 

 

Il ne faut pas  confondre une certaine impuissance de l'école à faire réussir ici et maintenant chaque élève et son pouvoir sur les conditions qui rendent ce projet possible. Si l'école ne peut jamais garantir le succès des apprentissages, il lui revient de créer des espaces dans lesquels les élèves puissent oser apprendre à faire ce qu’ils ne savent pas faire encore.

Pourtant chargée de toutes les missions, on reproche à l'éducation nationale ses zones d'inefficacité.  Guichet unique du service public, de fait, un des derniers lieux où les jeunes peuvent se construire une cohérence, et prendre conscience de la dimension collective…le système éducatif est-il à bout de souffle ?

En quarante ans un bond extraordinaire a été accompli pour conduire 90% de la population à une scolarisation de 12 à 13 années après le cours préparatoire, avec d'une langue vivante au moins. Cet effort cependant, à l'instar des projets les plus aboutis conduits dans les ZEP, n'a été possible que par une remise en cause des pratiques professionnelles, par l'ouverture de nouveaux espaces de collaboration avec le monde extérieur. Dans l’enchevêtrement des projets, des lignes de force sont apparues : l’école doit éviter la dilution dans le périscolaire et tirer de la complémentarité avec les autres institutions, le monde associatif et le monde économique, une vigueur nouvelle dont peut surgir la réussite scolaire.

Un constat s’impose malgré de belles réussites souvent fragiles et éphémères, l’ascenseur social est en panne, la ¨ reproduction ¨ selon la formule de Bourdieu se pérennise. Sans un projet politique fort et suivi la démocratisation de l'enseignement ne saurait parvenir à son terme.

Après les bouleversements des quarante dernières années qui ont transformé le paysage éducatif en fixant de nouvelles missions, en mettant en œuvre des projets ambitieux, en désacralisant parfois notre institution, un besoin de renouveau ne s’impose-t-il à l'éducation nationale aujourd'hui au terme d'un processus de réformes, , pour qu ‘elle atteigne complètement ses objectifs ? 

 

C’est un second souffle que nous devons maintenant trouver.

Le colloque de Grenoble sera pour nous l’occasion de dresser un bilan, de dégager une méthode et de fixer des priorités susceptibles de remettre en marche le moteur de la réussite scolaire et celui de la démocratie.

Les questions nous assaillent dans une société qui hésite entre un développement brutal qui laisse de côté une partie de la population et le maintien d’une solidarité minimale avec les plus fragiles.

Nous proposons cinq axes supports pour une relance de la politique partenariale de l’éducation

 

1) le projet d’établissement 

Il doit jouer un rôle beaucoup plus déterminant , d’officieux et implicite il doit devenir un outil incontournable et explicite et ainsi, porté par un réel esprit démocratique, donner aux acteurs des repères solides.

 

2) les parents et l’école

Quelle réponse donner à la demande de participation des familles pour qu’elle ne soit ni une intrusion consumériste , ni une manipulation de l’institution ?

Comment construire avec les parents un véritable espace de partage éducatif face à  un univers familial porteur de plus en plus d’aspirations individuelles mais aussi marqué par les souffrances des jeunes , victimes de l’instabilité ?

La répartition des tâches avec les partenaires des collectivités territoriales ne risque-t-elle pas d’être affectée par la contradiction entre le temps du politique, éphémère, et celui de notre institution, inscrit dans la continuité ?

 

3) le partenariat et les missions

Les autres institutions (police, justice…) sont-elles en mesure d’apporter une collaboration homogène sur tout le territoire ?

Ne devons nous pas d'abord déterminer avec les partenaires de l’école des positions claires concernant la laïcité, la place des parents et les relations avec le monde économique ?

Les menaces qui pèsent sur la laïcité ne risquent-elles pas d’entraîner un durcissement des positions et le rejet de la diversité par un gommage artificiel et autoritaire des différences ?

L’école peut-elle résister seule face aux évolutions d’un monde qui privilégie de plus en plus les droits individuels par rapport à la dimension collective ?

 

4) l’école et l’entreprise

Le monde de l’économie existe, les acteurs de l’Education nationale l’ont trop longtemps ignoré, craignant de perdre leur âme. Une relation attentive et exigeante s’impose, sans esprit de soumission ni arrogance.

L’école n’a plus le monopole de la prescription en matière d’outils éducatifs : sera-t-elle capable d’être actrice du marché ou en sera-t-elle l’otage, laissant à d’autres des pans de sa mission originelle d’instruction ?

 

5) Ecole et médias

L’école n’a-t-elle pas un rôle à jouer par rapport à la fracture des valeurs entre l’école et certains médias. Comment former des citoyens acteurs de leur vie ?

 

 

Le chantier est immense, nous ne pourrons le mener à terme, tous ensemble, qu'à travers un projet politique clair et déterminé susceptible de générer la confiance indispensable à une remise en question concertée de nos pratiques.

Plus que jamais c’est un élan démocratique qui permettra d’aller de l’avant et de donner du souffle à des projets d'établissements en capacité de traduire une volonté nationale généreuse et audacieuse. C’est à ce nouvel effort qu’Education & Devenir invite les politiques et les professionnels en pleine fidélité à sa vocation originelle.

 

Yves ROLLIN Président d’Education et Devenir

 

PROGRAMME INDICATIF

bullet

Vendredi 23 mars

 

14h45

Accueil à l’IUFM de Grenoble

 

15h00

Ouverture par Yves Rollin, Président de E&D et P. Mendelsohn, Directeur de l’IUFM de Grenoble

 

15h30

Conférence de Philippe Meirieu, professeur des universités en sciences de l'éducation  : l'élève aujourd'hui, l'élève hier...

  17 h 15 Réception offerte par Michel Destot,  Mairie de Grenoble
  18 h 30

Visite du Musée Dauphinois près de la Bastille  ou vieille ville départ Lycée Stendhal

bullet

Samedi 24 mars

 

9h00

Table ronde sur « Ecole institution/Ecole instituante » animée par D.Glasman, Professeur de Sociologie à l'Université à l’université de Savoie. IUFM

 

11h00

Conférence de: J.M. Croissandeau, Inspecteur Général de l’Education Nationale et ancien rédacteur en chef du Monde de l’Education ."L’Ecole, l’opinion publique et les médias"

 

14h30 -

16h30

Ateliers à l’IUFM de Grenoble

  17h30 Assemblée Générale d'E&D Lycée Stendhal
  20h 

soirée festive au lycée Stendhal

bullet

Dimanche 25 mars

 

9h00

Le grand témoin répond aux questions des ateliers à l'IUFM

 

10h30

Conférence de Françoise Clerc, Professeur des universités en sciences de l'éducation à Lyon : "L'école émancipatrice pour l'école et son environnement".

 

12h30

Fin des travaux

Propositions d’ateliers 
 

 

Thème et problématique

Académies responsables

1

Projet d’établissement
Le projet d'établissement comme outil efficace pour mettre en lien des objectifs, des missions ou des programmes nationaux avec des caractéristiques locales (élèves, ressources humaines et matérielles) et des partenaires locaux).

Rouen

2

Les parents à l’école
Quelle place l'école est elle prête à faire ou doit elle faire aux parents dans l'école?

Bordeaux
 

3

Partenariats et missions de l’école
Collaborations - Sous-traitances obligées ?
Substitution : l’école comme guichet unique du service public ?

Aix et Montpellier
 

4

École – entreprises
Jusqu'à quel point l'établissement scolaire doit il se préoccuper des priorités, des réalités sociales économiques locales ?

Paris et Créteil
 

5

École et médias
Médias et valeurs de l’École
Médias ennemis de l’École ou caricature de l’École ?
Qui éduque, l’école ou les médias ?

Nice et Lyon
 

Grenoble

23 mars 2007

Philippe Meirieu

   
         
24 mars 2007 Table Ronde

         
J-M Croissandeau Conférence et Atelier

         
25 mars 2007

Rapports des Ateliers

   
Proposition : Pour un conseil consultatif de réflexion sur le système éducatif  
         
Conférence conclusive de F. Clerc

Á l'année prochaine

Rappel : pour agrandir une photo, cliquer dessus ; pour enregistrer une photo, faites un clic droit puis "enregistrer sous..."